L'AVENTURE NAUTIQUE DE JICEY
L'Espadon, un runabout français familial et sportif

En 1958, Jean Caillas, alors gérant de la société Jicey France, décide de construire des bateaux de plaisance. C'est le début d'une décennie d'activités nautiques marquée par les fameux runabouts Espadon et la participation à de nombreuses compétitions sportives qui feront la gloire de la petite entreprise viroflaysienne.
En 1958, dans l'usine de la rue d'Estienne d'Orves, commence donc l'étude de la coque et la réalisation d'un modèle en bois pour la confection des moules (coque et pont) de l'Espadon. En parallèle, un moteur marin sur la base d'un Dauphine Renault est développé par Jean Caillas.

Mais le plus innovant reste l'invention et la fabrication d'un inverseur électro-magnétique (unique sur le marché à l'époque et qui l'est resté depuis). Au mois de mai 1959, les premiers runabouts Espadon 'trois places' sont exposés sur le stand Jicey à la Foire de Paris et les premières commandes historiques sont prises. L'aventure peut alors commencer.
Pour la petite histoire, on retiendra que le tout premier client est un certain Monsieur Burlet, plongeur aventurier de son état parti à la recherche du trésor de Rommel. Il est livré en septembre 1959.

Suit en Octobre 59, le Salon Nautique de Paris, qui à l'époque avait lieu en même temps que le salon de l'automobile, sur les quais de Seine en face du Grand Palais. Une dizaine de commandes sont prises à cette occasion. Etant convaincu que la puissance du Renault était trop limitée pour la pratique du ski nautique, Jean Caillas cherche alors une motorisation plus importante compatible avec le volume disponible dans la coque. Un accord est alors passé avec Simca, qui commençait à s'intéresser au motonautisme (Renault avait sorti son propre runabout qui fut un flop commercial). Cinquante moteurs seront livrés par an, et à un prix très intéressant.

En décembre 1959 nait une nouvelle 'Organisation Syndicale des Constructeurs de Bateaux de Plaisance'. Elle entre immédiatement en conflit avec l'ancienne (celle du salon d'octobre). Une nouvelle exposition voit alors le jour, inaugurée au CNIT par le Général de Gaulle et Eric Tabarly. Jicey y loue un grand espace, Monsieur Favé tiend le stand et en 10 jours, quarante commandes fermes seront prises.
Entre le salon d'octobre 59 et celui de janvier 1960, Jicey modifie sensiblement le pont, afin de permettre l'embarquement de cinq personnes au lieu de trois. Le siège avant, transformable en couchette, ce qui était très en vogue à l'époque, propose maintenant un passage pour les skis.

A partir de 1960, Jicey va exposer chaque année au salon de janvier limitant le nombre de commandes à 50 ; plafond des moyens de production de l'usine. A chacune des expositions, la qualité et le niveau d'équipement sont améliorés afin de doper les ventes et d'inciter les anciens clients à changer leur Espadon. Les anciens Espadon sont repris et sont entièrement révisés pendant la période creuse de l'hiver. Ils sont alors revendus très facilement en occasion à partir du mois de mai suivant. Toujours à la recherche d'une plus grande puissance réclamée par les clients, Jicey passe un accord avec Ford pour la fourniture d'un nouveau V6 deux litres (équipant la Ford Taunus 20M TS). Ce n'est qu'à partir de 1965 que les deux modèles seront exposés, et ce sous l'appellation Espadon 1300 et Espadon 2000.

Les V6 se vendent très fort, puisqu'en 1965, un seul 1300 sera commandé au salon de janvier. Malheureusement, fin 1965 le régime fiscal de la plaisance change. En effet jusque là tous les bateaux ansi que tout le matériel destiné à un usage mer étaient exonérés de taxes. Brusquement le Ministère des Finances décide d'appliquer une TVA de 33% sur tous les bateaux de plaisance. Jicey va essayer de persévérer, mais lors du salon de 1967, il a bien fallu se rendre à l'évidence que cela n'en valait pas la peine, seules 10 commandes étant prises.
Jicey exposera donc encore dans quelques salons afin de liquider ses stocks. Il restait en effet de quoi construire une quarantaine d'Espadon. En tout, 340 Espadon auront été construits par Jicey.

Espadon et Levy, les bateaux de course Jicey

Durant ces années, Jicey a participé et s'est illustré dans de nombreuses compétitions : la Grande Croisière qui se déroulait chaque année autour de l'île des Ambiez chez Paul Ricard, les 6 Heures de Paris avec deux Espadons mais aussi deux Levy, ainsi que les 24 Heures de Rouen sur la Seine. Les Levy étaient des monoplace Jicey avec une motorisation BMW marinisée par Jicey.

Documents

Espadon 1300 Espadon 2000 TS

Vous trouverez ci-dessous la brochure commerciale originale de l'Espadon pour les deux motorisations ainsi que le carnet d'entretien livré avec le bateau
Voici quelques articles et tests de revues spécialisées de l'époque ainsi que la publicité originale.
Enfin la plaquette du runabout Espadon remise au goût du jour par l'association Espadon Club.